ATELIER POUR ENFANTS N° 7

 

TAD – Hyper Activité - Autisme

Pour une meilleure compréhension vous pouvez regarder la vidéo « 7 Kids Knowledge Seekers Workshop» sur Youtube

- Keyvan, êtes vous là ? - Oui, Bonjour M. Keshe, je voudrais poser la question qui concerne le TDAH , le manque d'attention, le syndrome de l'hyper activité, l'autisme.

(M.K) A bien des égards, le TDA, ou déficit de l'attention, n'est pas un déficit de l'attention. C'est le culte de l'enfant roi ; qui vient du fait que, de nos jours, les parents témoignent de façon régulière leur amour à leurs enfants, comme une compensation du fait qu'ils sont très occupés avec l'autre facette de leur vie, telle que leur travail. Ils les mettent grandement en valeur.

Nous n'avons pas le temps que les parents avaient jadis pour un partage avec nos enfants. Donc, d'une certaine façon, c'est comme des adultes qui diraient à un autre adulte :

" Tu es le chef". Donc, le chef prend le poste, donne ses ordres.

Puis, ses ordres dictés permettent à l'enfant de prendre le dessus.

C'est une structure familiale ayant pris une forme différente.

L'enfant, en son esprit et en son cerveau, se considère comme le patron. C’est sa perception, ce n'est pas la perception de la famille

ou des amis.

Lorsque vous êtes patron, vous donnez des ordres et les ordres doivent être appliqués. Quand les ordres ne sont pas exécutés, vous faites en sorte qu'ils le deviennent.

Ainsi, l'enfant devient l'enfant roi et le roi de la maison.

Habituellement, vous rencontrez plus de TAD chez un second

ou troisième enfant que chez l'ainé. Parce qu'on attribue tout à l'ainé, il prend tout, il est le point de mire et il sait qu'il est placé en haut de la hiérarchie.

Puis, le culte de l'enfant roi est interprété par les parents comme une maladie, et les médecins ne comprennent pas, et ils prescrivent des tas de médicaments.

Jusqu'à maintenant, personne n'a trouvé la solution pour le TDAH.

Si vous êtes roi et qu'on ne vous remarque pas, vous devez gesticuler pour être remarqué.

Lorsque vous êtes le chef d'une nation, et que vous donnez des ordres que personne n'écoute, vous faites appel à l'armée ou vous envoyez vos soldats pour déranger, pour frapper, pour faire toutes sortes de choses, afin que leurs actions attirent l'attention vers vous.

Cela se passe de la même façon avec les enfants et ces familles, et c'est pourquoi nous rencontrons beaucoup de cas de TDAH.

Généralement, l'ainé prend ce crédit et pense : « ce sont mes droits, donc j'y suis habitué ».

Le deuxième le perçoit comme une faiblesse au sein de la famille,

donc, il se sert de cette faiblesse.

Que faites vous pour que vos ordres soient exécutés?.

Vous donnez constamment des ordres différents, afin que les gens s'en aperçoivent. Vous bousculez des objets, jetez quelque chose, écrivez sur le mur, parce que le roi doit être observé constamment.

Dans un sens, l'enfant TDAH est un clown en classe, il fait aussi le clown à la maison, et quand il réalise qu'à la maison il obtient de l'attention et ce qu'il veut, il poursuit cette attitude en société.

Le déficit d'attention n'existe pas, mais le statut d'enfant roi, oui.

Ainsi, nous compensons par notre propre travail, afin d'apporter la prospérité et une meilleure condition de vie pour nos enfants.

Et dans certaines familles, les enfants confondent la situation. Donc, ce que nous constatons généralement, c'est que le TDAH se manifeste, dans certains cas, par la maladie.

Donc, le deuxième ou troisième enfant ne reçoit pas autant d'attention, devient malade et reçoit ainsi toute l'attention de la famille. Puis il réalise et se dit : "Je suis le point central".

Une fois qu'il se rend compte de ce mode de fonctionnement, et rentre de l'hôpital à la maison, par exemple, il est toujours à la recherche : « Regardez, je suis le petit gars en tête ». Il trouve le moyen d'attirer l'attention, mais il ne veut pas être malade à nouveau et retourner à l'hôpital.

C'est ainsi que les problèmes de comportement arrivent. Il va constamment d'un point à un autre pour s'attribuer l’attention. Et le fait d'aller d'une chose, ou d'un point à un autre, ressemble à l'hyperactivité. Mais il n'est pas hyperactif, il est simplement et continuellement en train de taper, frapper, souffler etc.

Ce comportement se poursuit jusqu'à un âge très avancé.

Je vous donne un exemple, il y a à peu près 2 semaines, en sortant pour aller manger avec Ellia, Armen et Marco, je m'arrête pour mettre une pièce dans un parcmètre. J'entends des gens qui parlent anglais et nous commençons à parler.

L’un d’eux me dit qu'il est professeur en psychologie, et nous les invitons à se joindre à nous pour le dîner.

Il y avait avec eux un traducteur italien qui demande de suite : « D'où venez vous ? », car il avait vu notre plaque d'immatriculation. «  Qui êtes vous ? » Je lui réponds qui je suis et il dit : « Je sais qui vous êtes, je vous connais ».

On s’assoit autour d'une table, puis nous les réinvitons le lendemain, afin de comprendre les problèmes psychologiques, dans un contexte.

Il se place au centre. Nous avons passé 2 ou 3 heures ensemble.

Aussitôt qu'il s'est assis à la table, il a commencé à être insultant.

Je n'ai rien dit, puis, nous l'avons ignoré. Il s'est fâché trois fois.

Ensuite, nous l'avons invité, pour lui montrer le procédé que nous utilisons.

Il nous dit : « Si votre technologie fonctionne, vous pouvez peut être m'aider, en m'expliquant quelque chose ».

Je lui répondis : « Oui, quel est votre problème » ?

Il me dit : « Vous pouvez me dire quelque chose en privé » ?

Je lui répondis : « Que voulez vous savoir » ?

Il dit alors : «  Parfois, quand je donne mes conférences je dois tousser ».

Il se tourne vers son traducteur et dit : « Vous avez vu ce qui s'est passé » ? Et le gars lui répond : « oui, oui ».

« Pourquoi est ce que je tousse ? Pouvez vous m'aider à stopper la toux ? »

Je lui pose une question : « Connaissez vous votre auditoire lorsque vous donnez vos conférences ? ». Il me répond : « non ». Je lui dis : « Votre inconscient sait que vous n'attirez pas l'attention de toutes les personnes. Ils ont payé une somme quelconque pour venir à votre conférence. Ceci est inacceptable à vos yeux, car vous devez être le centre de l'attention ».

« Vous êtes en très fort déficit d'attention, donc en toussant, vous essayez d'obtenir l'attention ».

Et le gars s'est littéralement effondré.

(rires)

Ce déficit d'attention s'est poursuivi jusqu’à la cinquantaine ou soixantaine. J'avais mis le doigt exactement à l'endroit de son problème, et c’est pourquoi il est devenu insultant.

Une fois que vous avez pris l'habitude d'être dans le déficit d'attention, ça ne peut pas aller, sauf si vous comprenez que vous êtes un membre normal et ordinaire de la race humaine entière.

Le déficit d'attention n'existe pas. C’est une nouvelle terminologie

car les médecins n'arrivent pas à trouver le procédé de guérison.

Il n'y a pas de remède pour quelqu'un qui a été nommé directeur de société.

Puis, il vous pousse en donnant ses ordres, et personne ne l'écoute, sauf quelques uns, et il fait en sorte de virer les gens pour pouvoir tout faire comme il l'entend.

Donc, les parents qui sont impliqués avec ces enfants, font une réévaluation et leur disent : « On vous aime autant que vos frères plus âgés, où au sein d'une famille, vous êtes égaux aux autres membres ». Et ils expliquent à l'enfant qu’ils comprennent ce qu'il fait.

Quand je tourne autour du professeur, et que je commence à faire valser des choses sur la table, lancer des objets au labo, cela le fait paniquer. Je lui dis : « vous voyez , puisque vous n'avez pas l’attention, c'est ce que je fais ».

Vous avez besoin de vous manifester, besoin de tousser, de lancer des choses, ou de vous fâcher, pour obtenir de l'attention.

C'est ce que nous faisons en tant que parents, en étant si impliqués dans un monde matérialiste, en essayant d'apporter le confort.

Nos enfants interprètent mal notre amour et s'occupent de leur position de contrôle.

Ceci est un des problèmes du monde nouveau, de passer son temps à joindre les 2 bouts.

Les personnes atteintes de TDAH sont hospitalisées. On leur donne du Ritalin, qui est utilisé pour le coeur, des narcoleptiques, pour fluidifier le sang, parfois.

C'est du poison à rat. Ainsi l'enfant devient un rat et les médecins lui donnent du poison.

Le déficit de l'attention se rapporte à la gestion de la mère. La mère qui n’a pas sa place à la maison, provoque la maladie de son enfant, et lui, utilise cette maladie pour dominer le foyer.

La mère admire ou encourage ce comportement d'enfant roi, afin qu'il soit malade et qu'on ait besoin d'elle au sein de la famille. C’est la création de deux maladies simultanées. L'enfant est diagnostiqué porteur de TDAH. La mère l’a déclenché et elle l'admet une fois que ceci a été découvert.

Vous constatez que ces mères, qui ont ce genre d'attitude, sont toujours en colère après leur enfant.

Ceci est devenu une compétition entre la mère et l'enfant : Qui est le chef dans cette maison ?

Et c'est ainsi que les problèmes arrivent et que les choses éclatent.

Ce processus peut même se produire avec les grand mères qui s'occupent de l'enfant. Alors se crée un besoin d'existence pour elles, un besoin d'être utile à la maison.

Il se passe la même chose, lorsque certaines personnes ont des maladies qui les amènent au fauteuil roulant.

Beaucoup d'entre elles disent : « je veux sortir de ce fauteuil ». Mais en réalité, si vous les confrontez à ce que nous nommons le vrai système, vous allez vous rendre compte qu'elles ne veulent pas le quitter.

Car dans leurs fauteuils, on les pousse. Les gens se détournent, on les balade, et le fauteuil roulant devient le trône du roi.

J'ai beaucoup de mal avec les gens lorsque je parle de cela. Qui veut se retrouver en fauteuil roulant ?

Vous rentrez dans la psychologie de la personne.

Des chaises roulantes pour accidentés, ou pour des personnes paralysées, c’est différent. Mais il y a des personnes qui marchent quand on ne les voit pas.

Nous avons des données concernant ceci dans nos recherches.

Un grand nombre de problèmes, de maladies, sont issus d'un besoin d'être justifié en besoins.

Besoin d'être justifié tel que : J'existe ou j'ai quelque chose à dire.

Quelques types d'hyperactivité relèvent d'une libération d'énergie

de grande valeur : l'hydrogène, à travers la libération du carbone et l'augmentation des colorants dans la nourriture.

Le carbone est utilisé pour créer un colorant stable. Quand il est utilisé dans les boissons qui contiennent de l'eau, il y a une réaction rapide de libération de l'énergie de l'hydrogène, en tant que plasma, avec le carbone.

Et puis, cette énergie doit être consommée ; et cette utilisation est transformée en mouvements rapides, de toutes sortes.

L'allergie aux colorants existe ; mais vous devez tester, avec les parents, si cette allergie est due aux colorants carbones qui ont été utilisés.

Ce qui est méconnu du monde scientifique, c'est l'utilisation, par les parents, de nouveaux produits utilisés pour la teinture des habits.

Lorsque vous achetez la nouvelle version de teinture, particulièrement pour le polyester, cette substance se diffuse lentement dans les habits portés par les enfants.

Puis cela libère l'énergie, qui conduit à l'absorption de trop d'énergie.

Si votre enfant est hyperactif, intéressez vous non seulement

à la nourriture, mais aussi aux vêtements.

La laine vierge, les matières naturelles, absorbent uniquement les couleurs de structure naturelle.

Si vous regardez de très près, vous constaterez que les 90% des colorants utilisés en occident, sont issus de ce procédé.

Nous comprenons désormais que :   la place du gans, et le rôle

du carbone dans la structure des acides aminés, en tant que gans,

crée un état confirmant le transfert de cette information.

Dans les cas d'énergie liée au corps et à la nourriture  également.

Les parents doivent comprendre qu’une telle maladie n'existe pas Vous voulez laisser votre place à votre enfant ? et bien voilà, vous verrez que votre enfant n'aura plus de déficit d'attention.

Il va diriger le foyer et vous deviendrez le domestique.

J'ai des volontaires, que leurs parents m'envoient, et quand je parle de leur place, devant l'enfant, ils ne font que pleurer car ils se savent découverts. Après quelques mois, les parents reviennent et disent : « Nous avons trouvé le moyen »

Nous avons vu des cas où l'enfant crée des crises d'épilepsie

pour avoir du crédit. Utilisant tellement d'énergie afin d'obtenir de l'attention, que son cerveau forme un cycle, puis, il se trouve en surcharge et atteint des crises d'épilepsie.

Le problème, c'est que les parents n'essaient pas d'éclaircir tout ça en mettant leur enfant au centre de la table, pour lui dire :

«  Nous vous aimons tous pareil. Nous faisons pareillement pour tous ».

Le D.A. est un problème familial. Il doit être résolu en se posant, en discutant, en exposant le tout à ses enfants.

Car une fois que l'enfant est ancré à cette place, il ne la cédera pas. C'est très dur, aucune médecine psychologique, ni psychothérapie n'a jamais résolu le déficit d'attention.

Dans la technologie spatiale de la fondation Keshe, nous allons au coeur du problème et il n'y a aucun besoin de médicament.

Vous allez trouver dans nos recherches, que ces personnes ont déjà 3 longueurs d'avance sur leur agissement suivant.

Ils ont déjà planifié l'acte suivant, et la façon dont ils vont s'y prendre pour attirer l'attention.

Vous devez devancer ce qu'ils vont penser, en plaçant une entrave. Il n'y a pas de place pour le roi. Une des meilleures façons de stopper le D.A. est de supprimer l'argent de poche.

Vous voulez de l'attention ? mais il n'y a pas d'attention de l'argent ; donc votre attention est captée par l'écoute de ce qui est dit.

Le déficit d'attention, c'est : « Tu n'auras pas de jouet car nous avons décidé que tu n'es pas le roi. Tu vois, tu n'es pas le décideur ».

Vous créez un énorme problème à la maison lorsqu'il y a cette difficulté. Les autres enfants se sentent ignorés , puis ils démarrent le processus.

Pourquoi est ce qu'il obtient ceci et pas nous?

Le conflit entre frères et soeurs commence.

- Puis-je vous demander quelque chose M. Keshe ?

- J'imagine que l'autisme est un procédé similaire ?

(M.K) L'autisme est totalement différent. L'autisme est en rapport

avec le développement du cerveau, qui n'est pas totalement développé. Nous avons quatre ou cinq cas actuellement.

Depuis des années, ces cas sont gérés, et nous avons remarqué la disparation de l'autisme à partir du moment où la croissance du cerveau est permise.

C'est pourquoi, au sein de la fondation, nous possédons assez de connaissance pour agir ainsi.

Nous avons un enfant autiste de 14 ans, emmené par sa famille et

les médecins un an avant. A ce moment là, il avait un âge mental de 2 ou 3 ans.

En une année, nous avons réussi à le ramener à l'âge de 6-7 ans,

Parce qu’ on a permis au cerveau de croître à ce niveau.

Les parents sont ravis, car pour la première fois, il arrive à faire une phrase 

Mais là, on rencontre un problème psychosomatique et d'autres problèmes liés à ce procédé.

La famille reçoit une guidance. Nous estimons qu'il aura atteint l'âge de 10 à 14 ans quand il en aura 16.

Mais, c'est un moment très difficile pour les parents, car à présent, et dans l'espace de 2 à 3 ans, ils devront faire un travail de 10 ans.

Car l'enfant a déjà été rejeté par ses pairs, à cause de son comportement.

Donc, il y aura une restructuration de la vie, et en même temps

ceci ne permettra pas à l'enfant de devenir le centre.

Je suis en liaison étroite avec les familles dans ce cas.

Nous nous sommes occupés de 6 ou 7 avec une gestion de l'âme.

Lorsque vous ouvrez la main, l'autisme n'a rien à voir avec le D.A. ce n'est pas une maladie.

Nous avons traité beaucoup de ces cas de D.A.

En tant que patient, ils ont envie d'être volontaires car je leur explique.

Nous n'avons pas besoin de dire : « Nous vous donnons ceci,

et ceci change encore et encore »,

J'explique aux parents qu’ils n’ont pas besoin de faire un don d'argent à la fondation, car c'est ce qui doit être compris. C’est que beaucoup d'enfants auront les mains ouvertes devant leur famille.

Ils ont un très gros contrecoup vis à vis de la famille, car ils réalisent la façon dont ils ont abusé de l'amour.

Nous avons eu le cas d'une fille de 13/14 ans, avec des parents très riches. Ils étaient trop occupés à gagner leur vie et ils nous ont emmené leur enfant.

Le père dit : « Je vous paie ce que vous voulez, ce n'est pas un souci. Nous sommes allés partout ».

J'ai fait asseoir la fille devant moi, entre les deux parents et j'ai expliqué. Elle s'est mise à pleurer :

«  Je ne suis pas comme ça, ma soeur obtient tout, comment puis-je obtenir l'attention » ?

Elle a commencé de parler et il n'y avait pas de D.A.

C'est pour cela que vous devez être prudent, et comprendre qu'en travaillant dur, vous jetez de l'huile sur le feu.

Si vous ramenez un chien à la maison, nous avons eu cette expérience, et que vous lui consacrez beaucoup d'attention, on s'est rendu compte que le chien est devenu le chef de la maison.

C'est devenu un chien « roi ». Il pouvait montrer ses dents, les aboiements et le reste ont commencé.

Même les animaux comprennent ce processus de D.A.

Les personnes qui dérangent les réunions de bureau, ou lors de présentations, sont gravement atteintes de D.A.

Nous avons connu des enfants autistes qui ne pouvaient rien faire.

Au bout de 12 mois, ils allaient seuls à la piscine, faisaient une marche de 2 à 3 km pour se rendre au sport, et ils grandissent lentement, dans leur âge.

Plus l'apprentissage du développement du cerveau débute jeune,

moins vous créez de problèmes à long terme, car le temps de rattrapage est réduit.

Un enfant est venu il y a 2 ou 3 ans . Il a dû aller dans une école

spécialisée pour les enfants handicapés.

J'ai dit aux parents : «  D'ici septembre, il sera prêt à devenir un enfant normal ».

La mère s'est mise à pleurer en disant : « ceci est impossible ».

Et il a réussi. Il est allé dans une école normale. En une année à peu près, nous avons réussi à mener à bien le processus de la croissance, qui dans ce cas était plus facile à faire.

A l'heure actuelle, il est un enfant normal, à ce que nous savons.

Par contre, d'autres problèmes ont surgi à cause des médicaments prescrits.

L'autisme émane de la partie du cerveau responsable de la coordination. Donc l'enfant ne fait que ce que les limites l'autorisent à faire.

C'est ce que nous appelons "l'autisme"

Avec la connaissance que nous avons au sein de la fondation,

nous pouvons permettre au cerveau de se développer.

Nous avons démarré avec un cas d'autisme hier en Amérique du Nord. Cette fille a 7 ans ; avec un retard de 2 ans. Ils n'ont pas pu trouver de solution, mais après une période 6 à 12 mois, elle devrait devenir une fille normale.

Nous acceptons les cas d'autismes, si ceux ci ont été diagnostiqués par un médecin, en tant que déficit du développement du cerveau.

Parfois, l'autisme ou le handicap mental viennent d'un manque d'oxygène à la naissance.

Tout ceci, avec les connaissances actuelles de la fondation, devrait disparaître.

J’accepte à bras ouverts les cas d’autisme, plus que le cancer, parce qu’une nouvelle vie a toute une vie entière à traverser avec ce handicap.

La personne âgée de 70 ou 80 ans ayant un cancer, je respecte sa vie, bien sûr, mais un effort doit être fourni.

Cela peut s'effectuer de plusieurs façons, afin de le traiter avec des choses différentes.

Le cas d'autisme, dont nous nous occupons actuellement, est supervisé par deux ou trois médecins. Ils sont tous conscients, et nous aussi, de l'évolution.

Les professeurs, eux aussi, remarquent le changement.

Après deux ans, l'enfant arrive à écrire. Il peut maintenant faire des phrases et se servir complètement de l'ordinateur ou autre.

Donc l'autisme est une absence de développement physique d'une partie du cerveau. Nous pouvons agir très rapidement,   mais cela prend du temps, car nous ne pouvons pas les bousculer.

Les différentes cellules ont besoin de temps, pour que le cerveau se développe normalement.

- M. Keshe, une question :   « Certains enfants autistes sont catalogués des génies, pourriez expliquer comment, d'un point de vue plasmatique  ? »

(M.K) Etant donné que la partie physique du cerveau n'a pas évolué, la partie émotionnelle et celle de l'intelligence opèrent normalement.

Parce que le contact ne se fait pas, les tissus n'étant pas là, ils ne peuvent pas faire leur travail normalement.

Ainsi, ils se connectent à la partie spécifique du cerveau qui convient pour certaines choses.

C'est comme lorsque vous faites des multiplications, et de plus en plus. Cette partie vous correspond de suite, car cela s'enracine en vous.

Donc, il y a des connections ou utilisation d'une partie du cerveau, qui est la plus rapprochée de l'endroit où se trouve le déficit du développement.

Les habitudes des autistes nous donnent une très bonne indication, sur la partie du cerveau où nous allons intervenir.

L'autisme , en partie, ne peut être perçu dans le système sanguin,

car s'y trouve une colère interne.

Ils connaissent leur capacité, mais ne peuvent la montrer.

Vous ne percevez pas cette information, mais vous la voyez en tant que disfonctionnement, au niveau du système sanguin, de la structure sanguine.

Donc vous remarquez la réaction. Ils sont très conscients, pleinement conscients, mais à cause de cette partie manquante, ils sont considérés comme retardés.

Ils sont uniquement retardés, par rapport à la réaction physique

d'une partie du cerveau. Celle ci peut être développée.

Ce sont des génies, car ils utilisent les énergies d'un sujet avec lequel ils sont reliés. Ils peuvent répéter des choses.

Ce sont des photographes. Ils peuvent utiliser leur mémoire photographique, car ils n'utilisent pas qu'une partie.

J'avais un ami à l'université dans ce cas. On lui demandait et il pouvait dire : page tant, à telle ligne, il y a une phrase, et il pouvait la réciter. Il est également ingénieur nucléaire, un des plus grands du moment.

C'est un très bon ami et j'ai beaucoup de respect pour lui.

- « Juste pour comprendre, M.Keshe, cette capacité est uniquement utilisée dans une partie bien spécifique du cerveau? »

M .K : Non, c'est simplement dû à une partie du cerveau qui n'est pas développée.

Le processus de développement du cerveau a des paliers spécifiques.

Par exemple, un enfant dans le ventre de sa mère. Il y avait une insuffisance, disons de calcium, à un certain endroit et le cerveau n'a pas reçu assez.

Ca ressemble tout à fait à un jeu de lego. S’il vous manque un morceau, mais que vous pouvez laisser cet espace libre, le reste du bloc peut être construit. Par contre, vous voyez le trou.

A l'heure actuelle, nous avons l'aptitude de construire cet élément manquant. A cause de ceci, la tension se localise sur les briques de côté, pour palier à l'élément manquant.

L'autisme est une partie physique manquante, et nous savons comment construire ces éléments manquants.

Notre savoir est complet et notre succès vis à vis de l'autisme

arrive à présent à 100%.

Si vous écrivez au service santé de la fondation Keshe, le Dr. Ellia l'acceptera immédiatement.

Vous pouvez écrire à: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pour les enfants, l'adresse email est: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

C'est là qu’ ils peuvent envoyer des questions ou demander leur inscription sur Skype.

Ok, c'est la fin du 7ème atelier des enfants en quête de connaissance.

Synthèse de Li Macias

 

  • Partager